par Eliane
accèdez à nos discussions
Mon fantasme de femme : Hacer amor con un hombre más joven

Eliane


Eliane est une femme très menue qui revendique son côté femme-enfant. « J’aime quand mes amis me disent que je ne change pas.  Vieillir est pour moi, une source d’angoisse que j’ai du mal à maîtriser. Mes parents m’ont eu très tard et j’étais fille unique. J’ai vécu toute ma jeunesse dans une ambiance de « vieux ». Dès que j’ai pu, je m’en suis échappée. J’ai choisi un métier dans la mode où il faut savoir avant tout rester jeune pour se maintenir. Cette obsession du jeunisme à tout crin se retrouve également dans ma vie affective. J’en suis bien consciente.  Longtemps, je n’ai eu que des relations avec des mecs au look d’ado déjanté. C’est ça qui me branche. Comme l’âge de mes partenaires ne bougent, la différence entre nous augmentait au fur et à mesure des années. Je suis maintenant en couple avec un homme légèrement plus jeune que moi, de cinq ans. Mais les fantasmes de ce type ne me quittent pas. Les très jeunes hommes continuent de m’émouvoir. Quand je fais l’amour avec celui qui partage ma vie, j’ai besoin de ces fantasmes pour parvenir au plaisir. Je m’imagine avec l’un de ces jeunes car, paradoxalement, c’est auprès d’eux  que j’ai pu vraiment me libérer, osé des choses que je n’aurais jamais pu faire avec des hommes de mon âge.  Je ne me sens pas juger. Il y a encore une innocence chez eux et un côté « tendre agneau »  qui me touche. Dans l’un de mes scénarios préférés, je m’imagine dans une grande maison apparemment inhabitée avec une enfilade de pièces inoccupées. Au bout d’un long couloir, j’aperçois comme une lumière qui bouge, j’ouvre. La pièce est sombre, uniquement éclairée par la lueur changeante d’un feu de cheminée. Dans le lit, je découvre une forme gisante. C’est un jeune homme, à moitié comateux. Il a très froid, je me met sur son corps pour le réchauffer. Nos deux corps emboîtés font voluptueusement connaissance l’un avec l’autre. Longuement, je le caresse. Lui met ses mains sous mon chemisier et pétrit doucement mes seins.   Je sens peu à peu son corps qui se réveille. Je glisse un des mes genoux dans son entrejambe. Il se laisse faire. Puis lentement, je le déshabille. Le prince endormi attend d’être réveillé par sa belle.  Je suis son initiatrice de plaisir. Cela me donne un pouvoir fantastique et rassure mon ego. En fait, chez moi, fantasme et réalité sont intimement mêlés. Peut-être est-ce que je vois dans toute l’énergie de ces jeunes corps comme une source de jouvence que je ne voudrais jamais voir s’éteindre ? »

Comentar este artículo

Comentar este artículo en el foro que debes estar registrado y conectado.

Comentarios (0)



Un drôle de moment, un drôle de sentiment, une expérience à part.

Bonjour, je vous écris pour vous raconter une histoire qui m’est arrivé et qui ne sort plus de ma tête, elle me hante...

Aurélie

Aurélie, jeune mariée, n’a pas oublié l’enterrement de sa vie de jeune fille que lui avait organisé ces collègues. «...