Deja tu comentario
accèdez à nos discussions

L'amour en pleine nature


Laurie  a connu ses premiers émois sexuels dans la grange de ses parents. Depuis, faire l’amour en pleine nature est devenu l’un de ses fantasmes préférés. Dès qu’elle le peut, elle adore se mettre en scène avec son partenaire dans des endroits qui la font fantasmée : « J'adore la nature surtout au printemps. Le foin, j'ai testé, il y a quelques années... mais mon ami de l'époque est ressorti de là avec des boutons partout, alors je suis pas sûre qu'il ait apprécié la chose autant que moi...La plage,  c'était l'été dernier après une balade en kayak. On s'est arrêté sur une petite île. Mais nous avons dû être très discret parce que c'était marée basse et qu'il y avait des pécheurs à pied. Et enfin, un champ au mois d'avril.  Sauf que comme on sortait de boîte, les escarpins dans la boue, avaient  tendance à s'enfoncer.  Je n'en garde que des bons souvenirs et j'aime beaucoup ces petits endroits... »

Faire l’amour en pleine nature est l’un des fantasmes les plus partagés que ce soit par les hommes ou par les femmes. C’est aussi l’un des plus faciles à concrétiser. « N’est-ce pas la meilleure façon de communiquer avec la nature et l’être aimé ? » déclare Emma.
Choisir de  sortir de son cadre habituel est une bonne façon de varier les plaisirs et d’explorer de nouvelles formes de plaisirs. Valentine confie : « J'ai adoré le faire dans la mer et une nuit dans une piscine, mais il y aussi eu champs, forêt, neige...j'aime...contre un arbre...dans du foin, au large dans la mer avoir des doigts qui glissent en moi pendant que mes mains font un lent va et vient... Autant de sensations intenses démultipliées par le fait d’être dans un lieu souvent très puissant de beauté. »

Le lien érotique liant la femme à la nature a souvent été évoqué par les écrivains entre autres. Marcel Camus dans sa nouvelle au titre évocateur « La Femme adultère » raconte la rencontre fusionnelle d’une femme mal aimée avec la nature et la jouissance violente qu’elle retire de sa contemplation, célébrant ainsi les noces symboliques de la femme et du désert.  «  Devant elle, les étoiles tombaient, une à une, puis s’éteignaient parmi les pierres du désert, et à chaque fois Janine s’ouvrait un peu plus à la nuit…. En même temps, il lui semblait retrouver ses racines,  la sève montait à nouveau dans son corps qui ne tremblait plus. »

En fait, observent les sexologues, ce fantasme est l’un des plus innocent qui soit. Il semble presque « fleur bleue » par rapport à ce qu’ils ont l’habitude d’entendre dans leur cabinet. Pour eux, c’est le plus acceptable, le plus facile à transgresser.  Faire l'amour dans un lieu inhabituel, c'est "quelque chose qui ne se fait pas", autrement dit cela permet symboliquement de se jouer des lois de la société. On court le risque d’être surpris à tout moment.

Chez les femmes, la romance joue un rôle prédominant dans l’imaginaire érotique. En effet, les femmes ont beaucoup plus de difficultés que les hommes à différencier les sentiments de la sexualité. C’est pourquoi le cadre romantique est souvent associé aux rêveries érotiques féminines. A la plage, dans les champs, en pleine montagne… quels sont les lieux qui font le plus fantasmer ? Selon différents sondages, ce serait l’amour à la plage au clair de lune qui serait plébiscité par la majorité des femmes suivi par l ‘amour dans une clairière au soleil. Rien d’original donc dans ces fantasmes. Viendrait ensuite l’attrait pour les rapports sexuels dans un lieu public quel qu’il soit du moment que l’on soit vu. Exhibitionnisme quand tu nous tiens.

En fonction du type de lieu, il y a des précautions à prendre. Pour la mer, mieux vaut prendre son pied dans un endroit où l’on a pied justement. Et ne pas oublier de bien s’enduire avec un gel  pas trop gras pour à la fois anticiper l’effet desséchant du sel et éviter d’être aussi glissant qu’un phoque. Par ailleurs, il faut avoir le goût du public car il n’est pas facile de trouver une plage déserte dans l’hexagone en plein été.
Nadine rit encore des derniers exploits de son amoureux : « On se trouvait en Corse. Julien avait repéré un coin rocheux à l’écart de la plage. Malheureusement, on n’avait pas prévu que cet endroit était couvert d’oursins. A peine avait-il posé le pied par terre, que je l’ai vu hurlé de douleur. On a vite rebroussé chemin et j’ai passé la soirée à le soigner. »

Si vous avez la fibre écolo et ne jurez que par la campagne,  n’oubliez pas que dans les herbes folles, vous n’êtes pas seule et que des petits habitants tels que les mouches peuvent être attirés par vos fluides vaginaux ou le goût du sperme de votre partenaire.  Par ailleurs, attention aux plantes et  herbacées en tous genres qui peuvent être piquantes voire urticantes. Prévoyante, vous aurez pris soin de vous munir d’un paréo ou d’une étole pour amortir les chocs. Rejouez « L’Amant de Lady Chatterley » demande un peu de préparation.  A noter qu’une étude de la fondation Smell & Taste Treatment and Research à Chicago révèle que le parfum de l’herbe fraîchement coupée est un aphrodisiaque puissant. De plus, l’air pur serait riche en ions négatifs qui auraient la faculté d’éveiller les sens et de diminuer l’anxiété.

Pour s’assurer d’un minimum de confidentialité, on conseille de choisir de préférence des plantes hautes comme le tournesol ou le maïs si possible avant les moissons. Le soleil, il n’y a pas mieux pour créer un climat érotique propice et vous mettre en condition. « Sous le soleil exactement, juste en-dessous » chantait sensuellement Anna Karina. On sait que le soleil augmente la production de testostérone à hauteur de 120%. Et ça tombe bien, celle-ci a pour effet de booster la libido. D’autre part, l’exposition au soleil amène un apport en vitamine D qui aiderait à réduire les inhibitions.

Si vous optez pour la balade forestière, évitez les périodes de chasse, on n’est jamais à l’abri d’une confusion gênante. Le danger ne vient pas toujours de là où on pense. Sous nos climats tempérés,  faire l’amour sous le regard  d’une biche ou un chevreuil ne peut que contribuer à rendre votre union encore plus idyllique. Sous d’autres latitudes, cela peut comporter des risques.  En plein ébat amoureux, un couple africain s’est fait récemment attaquer par un lion dans la savane zimbabwéenne. Tuée puis dévorée, la jeune femme périt alors que l’homme a réussi à s’échapper en courant, encore nu. L’épisode n’est pas nouveau. Des disparitions inquiétantes ont été signalées à plusieurs reprises.

Pour que le moment divin se déroule comme vous l’avez imaginé dans vos rêves les plus fous, il convient d’adopter une tenue idoine. Pas trop de laçage, ni de dégrafage compliqués. Oubliez les tissus délicats et fragiles, les tenues sophistiquées sans pour autant adopter le look randonneuse - qui a aussi ses adeptes mais ce n’est pas du tout votre style ! La météo étant souvent capricieuse, vous n’êtes pas à l’abri d’une ondée soudaine ou d’une bourrasque imprévue. La jupe ou la robe sont fortement conseillées et vous permettent de rectifier aisément la position en cas de danger.

Durant le jour ou pendant la nuit ? L’expérience charnelle sera radicalement différente. La nuit, il y aura le romantisme des étoiles, l’ivresse de la solitude et le charme de l‘immensité… mais également des ombres, des craquements, des cris d’animaux et l’histoire de ce tueur en série qui vous était complètement sortie de la tête et qui revient justement en détail maintenant que vous êtes tous les deux seuls dans ce bois. En journée, le charme est moindre et le risque d’être vu est accru, mais vous êtes plus à même d’anticiper les dangers de la nature.
Pour se mettre au vert correctement, il convient par ailleurs d’afficher une excellente forme physique pour pouvoir adopter toutes sortes de nouvelles positions dans des conditions de confort très rudimentaires ou parfois acrobatiques.  Morgane garde un souvenir calamiteux de sa première expérience à la belle étoile : « Il faisait nuit noire et naturellement on n’avait pas de lampe de poche. On avait trouvé ce refuge à moitié abandonné dans la montagne près de notre chalet où toute la famille était réunie. Cela sentait le moisi et l’urine. Dans notre élan, on s’est jeté sur une paillasse posée sur des espèces de briques. Je me suis tellement contorsionnée pendant nos rapports que j’ai eu une crampe tout le long de la jambe qui ne m’a pas quittée. Mon compagnon tout à son affaire ne s’est rendu compte de rien et moi, je n’avais qu’une seule hâte, c’est qu’il termine vite. Ça a été affreux. »

On l’aura compris, la sexualité dans des lieux à découvert est idéale pour pimenter votre vie intime, ce d’autant plus si on y ajoute une petite dose d’exhibitionnisme pour décupler le plaisir. Outre les précautions climatiques, il convient aussi de connaître la loi que nul n’est censé ignoré. Rappelons que le sexe dans un lieu public est passible d’un an de prison et de 15 000 € d’amende. Une addition plutôt salée qui peut en refroidir plus d’un.  La police peut être plutôt bienveillante à condition que vous évitiez les  lieux où sont susceptibles de passer les familles et les enfants. On évitera donc les plages du golfe du Morbihan en plein été. Les femmes sont aussi exhibitionnistes que les hommes observe un psychanalyste, expert auprès des tribunaux. On le voit bien sur Internet où on assiste à des ébats amoureux filmés.



Comentar este artículo

Comentar este artículo en el foro que debes estar registrado y conectado.

Comentarios (0)



Marie-Hélène

Marie-Hélène est une quadragénaire dont le couple s’essouffle un peu. Depuis quelque temps, je suis lasse de notre...

Je ne suis jamais passé à l'acte

Oriane est mariée depuis 3 ans et à deux enfants. « Pendant mes 2 grossesses, j’avais du mal à avoir des rapports...