Deja tu comentario
accèdez à nos discussions

L'amour avec un inconnu


“Je me trouve dans un train de luxe. Un train mythique, genre Orient-Express. Je dois me rendre à Venise pour une conférence et je n’ai pas pu trouver une place en avion. Le train est bondé, c’est la période des vacances. A l’autre bout du wagon, je remarque un homme seul qui traverse le couloir, l’air un peu désemparé. Il se dirige vers son compartiment et me frôle fortement en passant sans me regarder. Peu de temps après, je le croise qui se dirige comme moi vers le wagon-restaurant. De nouveau, il me frôle et cette fois, je devine que c’est intentionnel.

Faute de table libre, nous dînons face-à-face sans nous parler mais en nous regardant intensément. En partant, je griffonne mine de rien sur le coin de la nappe mon numéro de compartiment. Peu de temps après, on frappe à ma porte. J’ouvre, c’est lui. Il me prend sauvagement. Je me reveille toute humide de désir.” Sofiane adore faire ce rêve car dans la panoplie de ses fantasmes les plus fous,  faire l’amour avec un inconnu ne peut que ressembler à une variante d’un roman de la collection Spicy d’Harlequin. “Pour moi, il ne peut s’agir que d’un homme beau, élégant dans un cadre qui fait rêver.  Mais j’ai un peu honte de faire ce genre de rêve car j’ai un mari formidable que j’adore.”

Dans vos rêves, cet inconnu ne vous offre pas des fleurs mais le septième ciel ! C’est LE fantasme le plus répandu chez les femmes. Il déboule sans prévenir dans votre vie, il est beau, il vous fait l’amour et disparaît sans se retourner. Pour Albine Quisenaire, psychologue et sexologue : « Les rêves relèvent d’une mécanique psychique inconsciente que tout le monde vit. Ils peuvent être totalement imaginaires ou se référer à des faits, des désirs qui nous ont marqués à un moment donné dans notre vie, notre journée,… Toutefois, nous n’en sommes pas conscients mais les rêves ont différentes fonctions. Une fonction libératrice afin de se défaire de certaines tensions emmagasinées dans la journée ou une fonction psychanalytique où le subconscient fait revivre des fantasmes et désirs cachés sous forme de rêverie. Tout ce qui n’est pas possible le jour est possible la nuit grâce aux rêves. » Pour  cette spécialiste, rêver d’infidélité n’est pas tromper car les rêves sont le fruit du subconscient. Ils ne doivent pas remettre en question la vie d’un couple car un rêve n’est pas synonyme de problème conjugal. « On peut très bien avoir des rêves sexuels lorsqu’on est satisfaite de son couple et inversement. Sans se l’avouer, nous avons tous des désirs cachés auxquels on est confronté un moment donné. Mais, bien qu’il soit imaginé, cela n’a rien à voir avec le passage à l’acte dans la réalité. Pour autant, l’infidélité et les rêves sont deux choses complètement séparées. Le subconscient est incontrôlable, on a le droit de les vivre sans culpabilité. »

Céder à un homme rencontré à l'instant, faire tomber toutes les barrières et s'abandonner au plaisir sans honte ni culpabilité : voilà ce que cacherait l'envie d'une étreinte torride et furtive avec un mystérieux inconnu. En fait, il s’agit d’afficher un besoin de sexe pour le sexe sans affect, débarrassé des codes socialement rassurants de la rencontre et de la séduction. Pour Anna, c’est la solution après “une série d’histoires assez minables. C’est le sexe sans contraintes, ni fausses promesses. Pour le moment, ça me convient parfaitement.”

Si vous avez des relations sexuelles avec un absolu étranger que vous ne reverrez jamais, vous pouvez être ouvertement sexuelle sans peur d'être étiquetée. Les relations sexuelles avec un étranger permettent aux femmes d'être sexuelles quand les circonstances de la vie réelle peuvent empêcher cela. Cette aventure sans lendemain offre l’avantage que vous n’avez pas besoin de vous inquiéter de votre partenaire pour plus tard.

Autant dire qu’il n’est pas facile pour un grand nombre de femmes d’avouer son désir brut sans fard.  Eve est fière de s’affirmer une pro des coups d’un soir. Elle ne comprend pas sa meilleure amie qui va de désillusion en désillusion. “ Pour que ça marche, il faut qu’il y ait une très forte attirance physique et une grosse vague de désir ! C’est tellement cliché de dire que les filles sont toutes romantiques et les mecs des salauds ! L’amour, ça n’a rien à voir avec le sexe. “

Le summum d'une relation « non engageante » a aussi ses règles. D’abord, se tenir prête à réagir 24 heures sur 24. On attend l'avion à l'aéroport et voilà qu'un inconnu nous fait de l'oeil. Hop!  On vous propose les toilettes ou un cagibi à balais en tout anonymat. Pourquoi pas ! Ensuite, chacun repart de son côté sans laisser son nom et encore moins son numéro de téléphone!

Caroline s’est donnée des règles précises et strictes pour pouvoir vivre son fantasme sans risques.  “Je préfère être chez le mec plutôt que chez moi à me demander comment je vais me débrouiller pour le virer de mon appart.  Mais pour éviter, les lendemains qui déchantent, je ne reste jamais y dormir. Je préfère m’éclipser et garder de bons souvenirs. Jamais de numéro de téléphone, juste un petit mot sympa. » “Dans ce jeu, c’est moi qui décide – confie Marianne. Et tant pis pour les codes, je les pulvérise tous. Pas question d’accepter les faibles ou les moches. Je les imagine pleins de biscottos, façon Chippendale. Cela me défoule.” Voici les hommes version sextoys.

Les hôtels, les aéropports, les gares, sont des lieux très propices au développement de ce type de fantasme féminin On a aussi la variante romanesque avec le châtelain, l’inconnu à cheval… On s’est rendu compte que les femmes avaient besoin de situations psychologiques affectives beaucoup plus contextualisées que les hommes pour développer leurs fantasmes. Ces derniers seront plus sensibles à des comportements érotiques tels que le fait d’éjaculer sur le visage de la voisine ou de faire l’amour avec une hôtesse de l’air en uniforme. En effet, les femmes fantasment souvent sur le fait d'être séduites et emmenées à cheval, ou quelque chose de similaire. Ces fantasmes peuvent ne pas inclure la pénétration ou les rapports buccaux-génitaux, mais ils n'en sont pas moins excitants. Les éditeurs se font des millions de dollars en vendant des histoires romantiques qui sont emplis de scène sexuelles, ou romantiques. Les roman romantiques sont aux femmes ce que Playboy est aux hommes, une stimulation sexuelle. Les fantasmes romantiques sont une forme traditionnelle de fantasme qui sont sûrs tant que les femmes ne confondent pas leurs fantasmes avec la réalité.

Emilienne raconte son scénario favori : « Je suis au centre équestre, et un super beau cavalier m’ordonne de me déshabiller dans un box. Il me fait l’amour, là, allongée dans la paille, les jambes sur ses épaules, dans une sensualité torride. »
De la parole à l’action, il n’y a qu’un pas.  D’après une étude, 36% des femmes auraient réalisé leur fantasme avec un inconnu. Ce passage à l’acte semble de plus en plus facilité par la multiplication des sites de rencontre sur Internet dont l’anonymat correspond bien aux attentes des femmes jeunes mais aussi matures.  Selon un sondage Opinéa réalisé pour Serencontrer.com, le tabou des sites de rencontres est bel et bien tombé : 65% des Français se déclarant « solo » les utilisent sans complexe pour une rencontre d’un soir ou pour trouver l’âme sœur. Cette démocratisation s’accompagne d’une grande décomplexion, notamment chez les 25-34 ans qui sont utilisateurs pour 75% d’entre eux. 

On connaît l’engouement pour les chats et les webcam. De plus en plus de sites, travaillent sur la démocratisation de l’adultère et surfent sur la vague des rencontres rapides et sans lendemain. Pour Alain Héril (auteur de "Journal d’un sexologue" Courrier du livre, 2003), psychothérapeute et sexologue., le cybersexe s’apparente finalement à une forme d’engagement désengagé : «  On va loin dans le fantasme avec l’autre, mais on ne le fait qu’avec soi. Cela induit une sexualité très narcissique, liée aux pratiques masturbatoires. » Le fantasme tient en effet une très large place dans la pratique de tous ces internautes. Beaucoup le reconnaissent, ils ne feraient pas un dixième de ce qu’ils écrivent à leur cyberpartenaire. »

Mais sortir du monde virtuel même pour se rencontrer une seule fois, c’est souvent un choc. Isabelle vit avec le même homme depuis 20 ans. Ils ont deux ados et habitent en banlieue parisienne.  Une vie rangée?? Pas vraiment. Une vie sexuelle du tonnerre, ça oui. Et sans son mari. Isabelle déniche ses amants sur les réseaux sociaux pour adultes avertis.«?Corres-pondre par courriel me permet de savoir à qui j’ai affaire, dit-elle. Sur 100 invitations, j’en retiens une ou deux.?» Ensuite?? Elle les rencontre pour prendre un verre. Si ça fonctionne, la soirée se termine à l’hôtel. Comme elle se déplace beaucoup pour son travail, son conjoint ne se doute de rien. «?C’est quelqu’un de bien?», dit-elle. Mais, au cours des ans, la passion s’est éteinte. «?Je suis une chasseuse. Et la séduction, c’est une drogue pour moi.?»

Valérie n’a pas hésité à interpeller son mari dès qu’elle a découvert ses fréquentations sur le web. « Ce fut une grande claque, je me suis sentie aussi trahie que s’il m’avait trompée. J’ai décidé de crever l’abcès dès le soir même. Une fois la colère passée, nous avons parlé. J’ai peu à peu compris que nos vingt-deux ans de vie commune avaient érodé notre vie de couple. Je ne faisais pas assez d’efforts, je ne le sollicitais guère pour faire l’amour. J’ai donc eu la curiosité de m’inscrire avec lui sur quelques sites, ce qui a contribué à nourrir nos fantasmes et nos envies, et à relancer un processus de séduction égaré. Notre chance était qu’il existait beaucoup d’amour entre nous et qu’il fallait seulement revenir l’un vers l’autre. » En chair et en os.  L’amour avec un inconnu

Comentar este artículo

Comentar este artículo en el foro que debes estar registrado y conectado.

Comentarios (0)



Emilie

Le triolisme, version féminine, intéresse également Emilie. « Que deux hommes me fassent l'amour en même temps est un...

Pamela

Pamela aurait aimé être vétérinaire mais la vie en a décidé autrement. « Ce qui me plaisait, c’était le côté « Dr...